Hémorroïdes

Print Friendly

Les hémorroïdes sont des veines dilatées (varices) de l’anus et du rectum. Elles sont une affection courante surtout dans les pays développés, touchant presque 5 % de la population. Il existe deux types d’hémorroïdes, externes et internes, qui peuvent se manifester seules ou en combinaison. Une personne peut avoir une seule hémorroïde ou en avoir plusieurs en même temps. Les hémorroïdes touchent jusqu’à 38 % des femmes dans le troisième trimestre de leur grossesse.

 

Les hémorroïdes externes se développent sous la peau juste à l’extérieur de l’orifice de l’anus. Elles sont habituellement douloureuses si elles forment un caillot (thrombus), se manifestant alors comme des enflures tendres, circulaires et violacées autour de l’orifice anal.

Les hémorroïdes internes sont souvent présentes sans occasionner de malaises et sans qu’une personne se rende compte de leur présence. Ceci s’explique du fait qu’une muqueuse rectale (membrane muqueuse), plutôt qu’une peau riche en fibres nerveuses, se trouve autour des hémorroïdes internes. Il peut y avoir une sensation de plénitude dans le rectum, comme si des selles doivent être passées. Il est possible de ne pas reconnaître la présence de ces hémorroïdes à moins qu’elles soient thrombosées ou qu’elles saignent. Le résultat est le passage de sang rouge vif pendant ou après le passage de selles. Cependant, si une hémorroïde perd son apport sanguin (étranglement), elle peut devenir très douloureuse. Une hémorroïde interne peut quelquefois descendre ou s’étirer jusqu’à ce qu’elle sorte de l’anus (prolapsus). Ceci peut se manifester comme une sensation de pincement dans la région anale ou une bosse non douloureuse peut être remarquée en s’essuyant après les selles.

À cause des bosses et crevasses supplémentaires des hémorroïdes, un nettoyage inefficace peut en résulter et entraîner des démangeaisons anales.

Les hémorroïdes ont plusieurs circonstances favorisantes, mais le plus souvent une pression accrue dans l’abdomen joue un rôle clé. Quelques-uns des facteurs sous-jacents les plus courants du développement d’hémorroïdes comprennent la constipation et les efforts lors des selles, le déplacement répétitif d’objets lourds, une diarrhée fréquente, de longues périodes en position assise ou debout, l’obésité et la grossesse. Une pression abdominale excessive peut entraîner un étirement des petites veines situées autour de l’anus et du rectum. Comme les veines perdent leur élasticité, elles se distendent sous la pression du sang, deviennent plus susceptibles à une thrombose et deviennent plus fragiles. Les femmes enceintes sont particulièrement prédisposées aux hémorroïdes, en partie parce que l’utérus en expansion repose directement sur les vaisseaux sanguins qui drainent les veines près du rectum et de l’anus.

Votre médecin pourrait diagnostiquer les hémorroïdes après un examen physique de l’anus et du rectum. Ceci peut inclure un examen rectal effectué avec un doigt ganté et lubrifié ou à l’aide d’un petit instrument qui permet au médecin de mieux visualiser le rectum.

Le saignement rectal peut être un symptôme d’autres affections potentiellement plus sérieuses. Les fissures anales, déchirures de la muqueuse de l’anus qui occasionnent une douleur au passage des selles, peuvent être une source de saignement. Certains types de maladies inflammatoires de l’intestin, aussi bien que des tumeurs du rectum et du côlon peuvent également entraîner un saignement rectal. Si vous passez du sang de l’anus, vous devez consulter votre médecin pour déterminer si des tests additionnels sont requis.

Il est très important de ne pas faire d’effort lors des selles puisque ceci exerce davantage de pression sur la région anale. La gestion des hémorroïdes comprend normalement des changements modérés à l’alimentation et au mode de vie pour obtenir des selles molles et formées afin d’éviter de la pression dans la région rectale.

 

Modifications à l’alimentation

Les recommandations de gestion continue par l’alimentation comprennent : manger des collations et des repas bien équilibrés et à haute teneur en fibres, et maintenir une ingestion suffisante de liquides comme l’indique le Guide alimentaire canadien disponible de Santé Canada. Les fibres et les liquides aident à ramollir les selles, permettant un passage plus rapide et plus facile à travers le côlon, le rectum et l’anus, diminuant ainsi l’effort.

Visez à consommer chaque jour de 20 à 35 g de fibres, répartis également tout au long de la journée. Afin de suivre de près votre apport alimentaire en fibres, vérifiez le contenu nutritif sur les étiquettes des aliments emballés. Apportez des changements graduels lorsque vous augmentez votre apport en fibres afin d’éviter des ballonnements, des gaz et des gênes abdominales générales qui peuvent se produire lorsque votre corps s’adapte aux modifications au régime alimentaire.

Des suppléments de fibres commerciaux sont aussi en vente sur le marché. Ils comprennent les enveloppes de psyllium (Metamucil®), la méthylcellulose (poudre Prodiem®), l’inuline, une fibre végétale soluble (FibreSure™ et poudre Benefibre™), et le polycarbophile de calcium (comprimés-capsules Prodiem®). Pour des renseignements additionnels sur les fibres, visitez mauxdeventre.org ou communiquez avec notre bureau.

La plupart des personnes souffrant d’hémorroïdes obtiendront des résultats positifs avec l’utilisation d’un supplément de fibres de base. Toutefois, si la constipation est toujours problématique, des produits contenant l’herbe séné pourraient apporter plus de soulagement. Assurez-vous de vérifier les étiquettes puisque certains de ces produits contiennent différentes substances d’après leur format (p. ex., les poudres diffèrent des comprimés-capsules). Il est aussi à noter que les produits où il est inscrit « plus » peuvent contenir des substances superflues qui accentuent leur effet laxatif. Des informations additionnelles sur la gestion de la constipation chronique peuvent être trouvées dans notre brochure sur la Constipation.

 

Résister à l’envie de gratter

La zone entourant l’hémorroïde peut vous démanger. Ne grattez pas puisque vous risquez d’endommager les parois délicates des veines.

 

Nettoyer soigneusement

Il est extrêmement important de vous nettoyer soigneusement et doucement après les selles. Utilisez uniquement du papier hygiénique non parfumé et sans couleur et humectez-le sous le robinet avant de vous essuyer. Certaines variétés de papier hygiénique sont plus douces que d’autres et certains mouchoirs de papier contiennent de la crème hydratante, ce qui pourrait être plus apaisant. Les serviettes préhumectées, jetables dans les toilettes, peuvent également rendre le nettoyage plus doux.

 

Prendre un bain de siège

Il s’agit d’un bain thérapeutique où l’on s’assoit dans de l’eau très chaude avec les genoux levés. L’eau chaude aide à soulager la douleur tout en augmentant la circulation du sang à l’endroit affecté. Ceci aide à rétrécir les veines enflées et favorise la guérison. Des sels d’Epsom peuvent aussi être ajoutés à l’eau du bain.

 

Pousser l’hémorroïde à l’intérieur

Si l’hémorroïde fait protrusion du canal anal, essayez de la pousser doucement à l’intérieur. Une hémorroïde qui reste à l’extérieur de l’anus est plus susceptible de former un caillot ou de s’étrangler.

 

Hémorroïdes et grossesse

Afin de prévenir ou de gérer les hémorroïdes si vous êtes enceinte, essayez de vous coucher sur votre côté gauche pour environ 20 minutes chaque 4 à 6 heures. Ceci diminue la pression exercée sur la veine majeure qui draine la partie inférieure du corps.

 

Onguents et crèmes

Les symptômes hémorroïdaux s’atténuent souvent après quelques jours, même sans traitement spécifique. Les traitements topiques pour hémorroïdes contiennent habituellement un ingrédient actif ou plus, y compris un anesthésique local, des substances anti-inflammatoires douces ou des astringents.

Les anesthésiques locaux soulagent temporairement la douleur, les brûlures et les démangeaisons en engourdissant les terminaisons nerveuses. Les produits analgésiques soulagent la douleur, les brûlures et les démangeaisons en déprimant les récepteurs des nerfs qui communiquent la douleur.

L’hamamélis est un astringent végétal couramment utilisé; lorsqu’il est appliqué au rectum avec un tampon d’ouate, ce produit peut soulager. Plusieurs autres produits, pouvant nécessiter une prescription, sont composés d’ingrédients plus puissants qui visent à réduire l’inflammation.

 

Chirurgie

Si les symptômes hémorroïdaux persistent malgré les mesures prudentes, un certain nombre de chirurgies mineures sont disponibles et elles peuvent être réalisées dans le bureau du médecin. Les traitements contre les hémorroïdes comprennent l’application de bandes élastiques (ligature), l’injection d’une substance qui bouche la veine (agent sclérosant) l’agrafage, la cryochirurgie, le traitement au laser ou l’électrocoagulation. Une chirurgie d’excision plus élaborée peut être requise pour de grosses hémorroïdes dont le prolapsus est permanent ou pour les hémorroïdes étranglées. Habituellement, les hémorroïdes externes thrombosées répondent rapidement à l’incision chirurgicale et à l’extraction du caillot.

Certaines personnes peuvent avoir une seule hémorroïde tandis que d’autres peuvent en avoir de façon continue tout au cours de leur vie. La plupart des hémorroïdes disparaissent complètement dans l’espace d’une semaine. Maintenir un apport adéquat en fibres alimentaires, boire beaucoup d’eau, éviter la tension abdominale et maintenir un régime régulier d’exercice modéré pourrait aider à éviter la réapparition des hémorroïdes.

HAUT